les étudiants algeriens Index du Forum
les étudiants algeriens
pour tous les étudiants et étudiantes algeriens
 
les étudiants algeriens Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Crise financière ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les étudiants algeriens Index du Forum -> Table ronde -> Débat
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
nad
membre
membre

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2008
Messages: 78
Localisation: je ne sais plus!!!
Féminin Balance (23sep-22oct) 龍 Dragon
Point(s): 78

MessagePosté le: Ven 24 Oct - 11:38 (2008)    Sujet du message: Crise financière Répondre en citant

Devant la crise financière qui n’a épargné aucun pays, de l’Amérique à l’Europe en passant par l’Asie, puisque toutes les places boursières se sont effondrées comme un château de cartes, les pays ne savent plus comment réagir pour mettre fin au cauchemar. Les nationalisations des banques pour éviter de nouvelles faillites n’ont pas suffi pour redonner des couleurs au monde des finances. Face à cette situation, la plus catastrophique vécue depuis le crash des années 30, les dirigeants des pays tentent de multiplier les mesures dans l’espoir, vain à ce jour, de stabiliser le marché boursier qui poursuit sa dégringolade. Vendredi dernier, les grands argentiers du Groupe des Sept (G7) pays les plus industrialisés ont publié à l’issue d’une réunion tenue à Washington un « plan d'action » en cinq points pour faire face à la crise financière internationale, dans lequel ils s'engagent à empêcher toute faillite de banque importante. Cette réunion, prévue de longue date dans le cadre des assemblées annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale dans la capitale américaine, a pris une importance grandissante dans le contexte de la crise actuelle.
« Le G7 a convenu que la situation actuelle appelle une action urgente et exceptionnelle », indique un communiqué au nom du groupe par le ministère du Trésor américain.
« Nous nous engageons à continuer à travailler ensemble pour stabiliser les marchés financiers et restaurer le flot du crédit pour soutenir la croissance économique mondiale », ajoute le texte publié après une réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des Banques centrales d'Allemagne, du Canada, des Etats-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne, de l'Italie et du Japon. « Nous sommes d'accord pour prendre des mesures décisives et utiliser tous les outils à notre disposition pour soutenir les institutions financières d'importance systémique (c'est-à-dire dont la chute entraînerait une cascade d'autres faillites, ndlr) et empêcher qu'elles ne fassent faillite », écrivent les responsables des grandes puissances financières. Le deuxième point du plan porte sur l'engagement des membres du G7 à prendre « toutes les mesures nécessaires pour débloquer le crédit et les marchés monétaires afin d'assurer que les banques et les institutions financières aient un accès large aux liquidités et aux capitaux ». Les membres du G7 veulent également faire en sorte que les banques puissent lever des capitaux « en des montants suffisants » auprès du secteur public, comme du secteur privé, « pour rétablir la confiance et leur permettre de continuer à prêter aux ménages et aux entreprises ». Ils plaident également en faveur d'actions susceptibles de faire reprendre confiance aux déposants dans la sécurité de leur épargne, grâce à des garanties « robustes et cohérentes » des pouvoirs publics.
Les Sept se disent enfin prêts à faire le nécessaire pour débloquer le marché du crédit hypothécaire, à l'origine de la crise financière actuelle. La décision des autorités américaines de laisser la banque d'affaires Lehman Brothers déposer son bilan mi-septembre a été fortement critiquée en Europe. La chute de la troisième banque d'affaires de Wall Street a effectivement provoqué une brusque aggravation de la crise financière. Les ministres du G7 avaient fort à faire pour rétablir la confiance alors que les crédits interbancaires se sont taris et que les Bourses mondiales se sont effondrées.
Refondation du système financier
Le président américain George W. Bush a appelé à rejeter l'"incertitude et la peur". Les inquiétudes sont compréhensibles, a-t-il estimé, mais "l'anxiété peut alimenter l'anxiété et occulter les efforts qui sont entrepris", a-t-il averti. "Nous pouvons résoudre la crise et nous le ferons", a-t-il estimé. La priorité est d'"arrêter de prendre des solutions au cas par cas", a affirmé le ministre allemand, Peer Steinbrück, pour qui "nous avons besoin de règles mondiales pour les marchés". Si les Etats-Unis ont adopté le plan Paulson qui prévoit d'accorder jusqu'à 700 milliards de dollars pour racheter les actifs dépréciés des banques et leur permettre d'assainir leur bilan, les Européens n'ont pour l'instant pris aucune disposition commune de ce genre, privilégiant les plans de soutien nationaux. Pour le ministre britannique Alistair Darling, la situation s'améliorera "quand les gens réaliseront que l'ensemble des crédits interbancaires, qui atteignent un montant astronomique, est soutenu par les Banques centrales et les gouvernements dans le monde entier". Interrogé sur la radio américaine NPR, il a souligné que "dans un cas comme celui-ci, on peut constater que les marchés mondiaux ne peuvent résoudre le problème par eux-mêmes et que les gouvernements doivent être prêts à intervenir pour le compte de ceux qui les ont élus". L'un des objectifs de la réunion du G7 sera également d'engager la réflexion sur la refondation du système financier mondial après sa pire crise depuis celle de 1929.
M. Steinbrück s'est prononcé en faveur de la mise en place d'une instance internationale de contrôle des marchés dotée "d'un pouvoir d'intervention". Cette tâche pourrait être dévolue, selon lui, au Fonds monétaire international, qui devra, pour ce faire, être considérablement restructuré.
Et l’Afrique ?
Mais cette crise ne sera pas sans conséquences pour le reste de la planète. Les Bourses des pays du Golfe ont ressenti les effets. Mais le continent qui risque de pâtir le plus, et ce, pour des raisons évidentes, dont sa fragilité économique, est assurément l’Afrique. Mais qui s’en soucie ? Le directeur exécutif de la Banque mondiale, Michael John Hofmann, a appelé les pays industrialisés à ne pas seulement "s'occuper d'eux-mêmes" face à la crise financière mondiale et à ne pas oublier l'Afrique."Le risque est important et inquiétant que les pays industrialisés s'occupent d'eux-mêmes et oublient que les conséquences de la crise, venue de chez eux et en particulier des Etats-Unis, affectent également d'autres parties du monde dont l'Afrique", a estimé M. Hofmann sur la radio allemande Deutschland Radio Kultur, selon un communiqué de la chaîne.
La crise risque d'entraîner une chute de la croissance, alors que les prix des denrées sont déjà en train d'augmenter et que l'inflation oscille entre 20 et 60% selon les pays, a-t-il ajouté. La ministre allemande de la Coopération et du Développement, Heidemarie Wieczorek-Zeul, a de son côté exhorté les pays industrialisés à poursuivre leurs aides aux pays les plus pauvres, vendredi à Washington, avant une réunion annuelle de la Banque mondiale. "Nous sommes face à une situation dramatique dans les pays en développement" et "c'est dans l'intérêt même des pays industrialisés de faire en sorte que la division du monde entre riches et pauvres ne s'accroisse pas", a-t-elle dit. L'apparition de nouveaux conflits dans les pays pauvres aurait un coût final beaucoup plus élevé que la poursuite d'aides envers ces pays, a fait valoir la ministre allemande. Une meilleure régulation des marchés financiers est aussi dans l'intérêt des pays en développement, a-t-elle ajouté. La crise mondiale a aussi frappé des Bourses d'Afrique, du Caire à Johannesburg. Elle devrait avoir un impact limité sur les systèmes financiers d'Afrique mais risque d'entraîner un ralentissement de la croissance à plus long terme. L'Afrique entière représente moins de 1% du commerce mondial.
_________________
l'abaf de vivre est une tactique ou nous serons longtemps novices


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 24 Oct - 11:38 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
lincoln
membre
membre

Hors ligne

Inscrit le: 20 Oct 2008
Messages: 32
Localisation: bejaia
Masculin Cancer (21juin-23juil) 龍 Dragon
Point(s): 32

MessagePosté le: Dim 26 Oct - 23:39 (2008)    Sujet du message: Crise financière Répondre en citant

cet crise là c l'USA ki la fé venir alors el doit subir lé consivcance
car kant el a colonialisé l'IRAK el pensé ke petrole se ki a fé laugmentation du petrole alors lé payé ki ne possed pa du petrole pr produire leur propre energie au lieu de brulé le petrole il prule de la canasucre et ce ki a fé augmenté le prix de produi alimentaire
mé lorsk le petrole a atien 143 $ pr le barle leurope ne pouvé pa meme l'USA el ne pouvai pa car tt sont argent el a perdu en IRAK et ce ki explik la chute du petrole jusk a 65$je cois pr le barile alors lé pays ki ont profité de cet augmentation sont ce ki possede le petrole
alors l'USA c el ki a provoke cet criseet el doit la subire
_________________
اذا بدأت بتقييم الناس, فانك لن تجد الوقت لتحبهم


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:57 (2018)    Sujet du message: Crise financière

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les étudiants algeriens Index du Forum -> Table ronde -> Débat Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com